Howard Haskin
biographie revue de presse calendrier photos contact enregistrements portraits répertoire


Vingt grammes de mousse : un Lénine parfait

Franz Straatman, Trouw


AMSTERDAM - 'Dasvidanye' sont les dernières paroles que nous échangeons, Howard Haskin et moi, avant de nous quitter. L'équivalent russe de 'au revoir' fait un effet comique après un entretien avec un ténor américain. C'est cependant bien dans le ton du rôle de Vova que Haskin joue dans l'opéra intitulé en anglais ('Life with an idiot') quoique chanté en russe de Erofeyev (livret) et Schnittke.
 
   « Pokrowski, le metteur en scène, m'a regardé d'un air très étonné quand je l'ai salué en russe lors de notre première rencontre. C'était, pour lui, la seconde surprise puisque Pokrowski, le librettiste et le compositeur ne s'attendaient pas à ce que le Nederlandse Opera ait contracté un américain noir pour jouer un personnage qui, dans leur imagination, devait fortement ressembler à Lénine. Pourtant, tout s'est bien terminé, en partie grâce aux qualités remarquables des maquilleurs. Vraiment, ces gens sont parmi les meilleurs du monde. »
 
   Deux jours plus tard, je faisais connaissance avec Eugène Linneweever, l'homme qui transforme—en moins d'une heure—le visage brun foncé et les cheveux crépus de Haskin en une superbe tête de Lénine. Ce n'est pas seulement la tête, mais pratiquement tout le corps de Haskin qui est 'blanchi' à l'aide d'un maquillage couleur crème car, au cours du spectacle, Vova sautille parfois à moitié dévêtu. Linneweever, chef de l'excellent service de maquillage et coiffure du Muziektheater, qui compte onze femmes et hommes, reconnaît avoir eu quelques difficultés à 'blanchir' un chanteur noir. « Mais puisqu'il s'agit de représenter un idiot, cela ne me gêne pas » avais-je dit à Howard. Cela ne pose aucun problème au chanteur. Il répond joyeusement aux taquineries de son collègue (blanc, également américain) Dale Duesing (Moi) assis sur une autre chaise de maquillage : « Je penserai à toi cet été lorsque tu iras t'allonger en plein soleil pour essayer de devenir aussi bronzé que moi. »
 
   Haskin, qui a aujourd'hui 39 ans, n'avait pas caché, lors d'un entretien précédent, qu'il réalise que la couleur de peau est un problème sensible dans le milieu de l'opéra européen. Un jour, il a passé une audition dans un théâtre allemand pour un rôle dans un opéra italien. Il a, bien sûr, chanté l'air demandé en italien, après quoi l'intendant qui l'écoutait lui a demandé s'il parlait l'allemand, car dans son théâtre on avait l'habitude de chanter cet opéra en allemand. Haskin, qui parle cinq langues, répondit alors dans un allemand parfait à l'interrogateur, pour lui montrer qu'il y avait manifestement autre chose en jeu que la langue.
 
   Au Nederlandse Opera, la couleur de peau n'a jamais posé de problème. Les nombreux engagements obtenus dans ce théâtre par le chanteur basse—à la voix et l'apparence colossales—Willard White sont célèbres. On le verra et on l'entendra à nouveau dans la prochaine production de 'La Damnation de Faust'. Haskin : « White et Simon Estes ont cassé beaucoup de tabous chez les basses; en ce qui concerne les ténors, je rencontre encore des résistances. Mais, bon, cela ne me dérange pas vraiment. »
 
   Il est souvent revenu aux Pays-Bas après avoir obtenu son prix au concours « Internationaal Vocalistenconcours » à s'Hertogenbosch (1982). Il a campé le rôle d'Orphée de manière caractéristique, dans la version française d''Orphée et Euridice' de Gluck. Il a également joué des rôles plus petits tels que Grigori dans 'Boris Godounov' (« sans la scène polonaise, ce qui explique que le rôle était si court ») et, récemment, l'un des trois frères dans 'Die Frau ohne Schatten'.
 
Des mois captivants 
« Depuis les répétitions de 'Die Frau' jusqu'à la dernière représentation de 'L'Idiot' jeudi prochain, j'aurai passé cinq mois ici. En faisant parfois un saut à la maison, à Paris, où j'habite. Des mois captivants, je peux te l'assurer, car 'Die Frau' était aussi une production remarquable. »
 
   « Mais 'L'Idiot' est bien la production la plus singulière à laquelle j'ai jamais participé. La lecture d'une description détaillée m'avait déjà donné une idée du contenu de l'opéra, mais ma surprise a été grande lorsqu'on m'a donné la partition mi-janvier et que j'ai découvert que je n'avais qu'un seul mot à chanter : 'Ech'. Il est vrai qu'il fallait chanter ce mot de toutes les manières et sur toutes les notes de la gamme jusqu'à la stratosphère! »
 
   « Tu vois, un contre-ré, qui est l'équivalent des contre-uts pour les sopranes, je peux le faire, mais la partition de Schnittke demandait encore plus. Du fait qu'il était malade, je ne pouvais pas m'entretenir avec lui, mais on m'avait fait savoir que je pouvais adapter ma partie à mes possibilités. Lorsque Schnittke est venu plus tard à une répétition, il m'a dit qu'il avait écrit une intention, mais que celle-ci n'était pas impérieuse. Il avait l'air très content. »
 
   Haskin rit de bon cœur car, à part la basse russe Leonid Zimnenko, il est le seul dans la distribution américano-européenne (de l'ouest) qui possède une bonne connaissance du russe, alors qu'il ne chante que 'Ech, ech'.
 
   « D'après les indications de mise en scène d'Erofeyev, j'ai compris qu'il avait en tête une sorte de Lénine pour l'idiot qui, sortant d'un asile d'aliénés—où il a purgé une peine pour un vague délit—est accueilli par un couple dans sa maison. Il y a dix ans, je suis allé à Moscou, mais je n'ai pas voulu voir le Mausolée, sur la Place rouge. Pour ce rôle, j'ai bien approfondi le personnage de Lénine, mais je ne campe pas sa copie exacte. Ce n'est pas ce que voulait le metteur en scène. »
 
   « Un profil Lénine, avec une caricature évidente », c'est ainsi qu'Eugène Linneweever décrit la mission qu'il avait. « Nous avons d'abord fait un moule de la tête de Howard Haskin, puis modelé un masque de théâtre par-dessus. » Tout en poursuivant ses explications, il recouvre le crâne aux cheveux crépus de Howard d'une petite calotte; puis il pose le masque à proprement parler, un front plat, parfait.
 
   « Le matériau est un mélange de quatre composants de latex, que l'on fouette comme de la crème, car elle doit avoir une apparence très légère. En tout, l'ensemble pèse quelque vingt grammes. La couverture doit être légère aussi, car Howard joue le rôle d'un personnage remuant et agité, donc il transpire. »
 
   Une assistante peint les contours au pinceau, avec raffinement. Un nez pointu, une bordure de cheveux roux, une moustache, un bouc sont ainsi ajoutés. La métamorphose est complète et parfaite, même de près. Pendant la séance, Haskin est assis en silence et respire tranquillement.
 
   « C'est une question de confiance entre le chanteur et le maquilleur; car on travaille sur le visage de quelqu'un », dit Linneweever. « C'est la première fois que je pose quelque chose de ce genre dans un opéra. On se fait peu à peu à un tel personnage; lorsque Howard a eu le masque sur la tête pour la première fois, il ne savait pas ce qui lui arrivait. Le plus important pour le chanteur, c'est de savoir s'il ne sera pas gêné pour chanter. Vous le voyez : tout peut bouger. » Haskin saute de sa chaise en poussant un cri aigu. « Vova est un dégénéré. Lénine aussi. Mais d'une autre manière que Haskin, même s'il est lui aussi un peu fêlé », m'avait confié le chanteur-acteur auparavant, en grimaçant. Son souhait le plus cher : chanter Otello dans l'opéra de Verdi du même nom. « Tout à fait ma voix et mon rôle. »

   Texte original en néerlandais copyright © 1992 Trouw (Amsterdam)




• Portrait 3 sur 3 •

Précédent



françaisenglish



Howard Haskin, ténor au contre-ré, né à Kansas City, s'exprime avec aisance dans cinq langues.


Latex fouetté, vingt grammes. Extrait du livret : 'Il a le crâne d'un dégénéré'.

Les joues et la bouche sont retouchées en couleur chair, avec un maquillage spécial et une poudre 'blanche'.

Vova, alias Vladimir Lénine, dégénéré de l'Union soviétique, ne dit que 'Ech'. Extrait du livret : 'Son crâne est écrasé par la puissance de sa fantaisie.'


Photos de Maartje Geels


biographie : revue de presse : calendrier : photos : contact : enregistrements : portraits : répertoire : accueil : e-mail